Le Conseil Départemental du 92 : un exemple de durabilité


Le parc immobilier ne se renouvelle qu’au rythme d’environ 1% par an . L’amélioration des bâtiments existants tout en préservant leurs ressources est donc le levier principal de la neutralité carbone. C’est pourquoi Novaxia a répondu à l’appel d’offre du département des Hauts-de-Seine (92) pour transformer ses anciens locaux en proposant de conserver le bâtiment et de la transformer plutôt que de le détruire. 

La réhabilitation de l’ancien conseil départemental  fait la preuve des impacts positifs de la transformation urbaine : revitalisation de l’actif et optimisation de la valeur d’usage du foncier avec l’urbanisme temporaire, réduction des nuisances et de la consommation de ressources durant la phase de travaux, réduction nette du bilan carbone de l’actif grâce à la réhabilitation.

Nous avons par ailleurs réalisé INSPIRE, une étude chiffrée qui s’appuie sur cette opération immobilier pour défendre le passage d’une économie linéaire de production se traduisant par une destruction de ressources, à un système d’économique circulaire favorisant leur préservation. « La systématisation de cette démarche ne pourra être entreprise seule, et la mobilisation de l’ensemble de l’écosystème sera nécessaire pour permettre la transition écologique du secteur sur le maximum d’opérations immobilières. » explique Vincent Aurez, Directeur Développement durable et Innovation de Novaxia.

Il ne suffit pas d’améliorer la performance des bâtiments pour répondre aux enjeux de demain : perturbations écologiques, révolutions du marché du travail, transformations sociétales. Il faut réinventer un mode de faire. L’idée est donc de dépasser le modèle économique linéaire pour adopter
une approche où les déchets des uns sont les ressources des autres, dans la conception même du bâtiment. Préfabrication, construction modulaire, réemploi puis ateliers de réparation, ressourceries, agriculture urbaine et valorisation organique locale… autant d’activités qui peuvent coexister au sein d’un même bâtiment.

Lire le rapport INSPIRE